L'Epopée du lion, de Victor Hugo, par leThéâtre de Pan, Rennes.

 

Le Jeudi 5 Octobre à 20h30

 

Texte intégral, extrait du recueil L'Art d'être grand père

Avec le comédien Germain Nayl et la violoniste Claire Van Rhijn.

Mise en scène et lumières de Hyacinthe Mazé.

Compositions musicales de Massenet, Bach, Wienawski et Claire Van Rhijn

 

Durée : 1 heure

A partir de 12 ans

 

(Gratuit. Offert par le festival Val d'Ille en scène. Réservations au 06 81 75 81 01 et reservation.vies@live.fr)

 

 

Epopée du Lion_gravure de Gill _ XIXème siècle

Le Théâtre de Pan avait participé à l'aventure de la première saison à La Station théâtre en y jouant L'Ours suivi de La Demande en mariage de Tchekhov. Il y revient cinq ans plus tard avec une passion intacte pour le répertoire classique. « Il ne s'agit pas de « dépoussiérer » les vieux textes. Il s'agit de « dépoussiérer » certaines idées reçues sur la façon de les représenter ». Durant toutes ces années, le comédien Germain Nayl a lu « toute la poésie de Victor Hugo à voix haute (comme une gymnastique du comédien) pour perfectionner ses compétences dans l'interprétation de la versification de Hugo particulièrement. »

 

Il est tard. Les convives ont déserté le banquet. «Laissant l'intègre nuit venir» dans un «chaos d'arbres tremblant au vent» un homme et une femme vont joindre leurs solitudes en jouant les 360 alexandrins du poème épique de Victor Hugo. Avec une rare maîtrise du vers, au service d'une profondeur sensible, l'homme se transforme en lion, en ce jeune fils de Roi qu'il tient vivant dans sa gueule, puis en ce chevalier bientôt dévoré et en ce religieux ermite venus le réclamer. Aux accents du violon, il peuple la scène des clameurs de l'armée en déroute dans la forêt, du silence de la ville fantôme où il pénètre dans l'intention d'y croquer l'enfant devant son père pour finir avec la candeur de cette petite fille «seule et nue» qui lui fait renoncer à son projet d'un index menaçant.

 

Poème du fauve et de l'enfance