Vendredi 6 et samedi 7 Janvier 2017 à 20h30:

Les Bédouins de Pétra Spectacle compris dans l'abonnement

Les Bedouins de Petra, documentaire de Marie-Claire Thouault

Documentaire filmé entre passé simple et présent imparfait sur la vie des Bdouls expulsés des grottes de la ville antique de Pétra par l'Unesco et la Jordanie au nom du tourisme culturel. De Marie-Claire Thouault, suivi d'une lecture bilingue des poèmes Al-Mu'allaqât, fleurons de la poésie préislamique, et de ceux de poètes yéménites contemporains, par Thierry Beucher, Gwenael De Boodt, Bachar Alsattouf et Dalila Touhouche. Production La Station-Théâtre.

Durée : 2h.

Tout public à partir de 14 ans

Un détour pour saluer, du camp de Nou‘m, les restes ! Mais que saluerez-vous : quel fossé, quel foyer ? / De Nou‘m désert et dépeuplé, tout changé par Le va-et-vient, tourbillonnant, de vents violents / C’était un camp de Nou‘m, aux Ham’ât, effacé : Il n’en reste que cendre entre pierres du foyer / (…) Je n’y ai rien trouvé, à quoi me raccrocher, Hormis la graminée et hormis le foyer !

Les Bédouins de Pétra

Un film documentaire de Marie-Claire Thouault

Au début des années 80, la Jordanie et l’Unesco expulsent le petit peuple de la tribu des Bdouls pour inscrire Pétra au patrimoine mondial de l’humanité. Cela faisait pourtant des siècles que ces familles bédouines vivaient dans les grottes de la vieille cité antique. Pendant que les touristes du monde entier affluent par centaines de milliers sur le site, la communauté locale tente de réorganiser sa vie sur le minuscule territoire qui lui est alloué. Ce film est un voyage au cœur de la tribu des Bdouls de Pétra. C’est aussi un regard qui se veut lucide sur l’envers du décor de l’une des destinations touristiques les plus prisées de la planète.

Projection en présence de Marie-Claire Thouault, durée: 52 mn

 

Suivie de

Poèmes du désert

Lus par Thierry Beucher et G. De Boodt, en arabe par Bachar Alsattouf et Dalila Touhouche

Dans la première moitié du VIème siècle, Imrû'l-Qays, roi errant des bédouins Kinda, compose une des célèbres Mu'allaqât, brodées en lettres d'or et suspendues à la Ka'ba de La Mecque pré-islamique. Ce poème, d'une violence sensuelle unique, évoque une vie téméraire et folle dans le désert, où se succèdent nostalgie du campement disparu, jeux érotiques et chasse à la gazelle. Il s'achève par un déluge ravageur dont les stigmates hallucinants parsèment le désert. Al Muqualih, Al Razihi et Chawki Chafiq sont quelques-uns de ces poètes modernes du Yemen dont l'écriture pétrie d' exil, de solitude et d'aubes sanglantes puise encore son inspiration au désert et aux villes anciennes d'aujourd'hui. Durée : 40 mn

 

Accueil du public dès 19h30 avec bar et petite restauration. Tarif : 10 / 6 € pour les QF≤ à 500 €