LA STATION-THÉÂTRE

07 décembre 2016

Vendredi 16 et samedi 17 Décembre 2016 à 20h30: Ma Famille

Vendredi 16 et samedi 17 Décembre 2016 à 20h30:

Ma Famille

Camille Kerdellant et Rozenn Fournier dans Ma Famille de Carlos Liscano

 

MA FAMILLE

 

Dans cette pièce généalogique truculente et cruelle, située en Uruguay, écrite par l'Uruguayen Carlos Liscano et jouée par Camille Kerdellant et Rozenn Fournier, on vend les enfants comme on respire : pour survivre. Aucun jugement moral n’est donné. Les enfants comme les parents trouvent cette situation normale. On en vend un quand on a du mal à finir le mois ou quand il faut un nouveau frigidaire. On les rachète parfois aussi, par exemple pour une fête de famille. Le narrateur raconte son parcours, du petit garçon que ses parents ne mettaient pas sur le marché parce qu’il n’était pas beau, à l’homme qu’il est devenu et qui tout naturellement s’est mis à vendre son père. On traverse cette histoire traitée avec cocasserie et tendresse en admirant la virtuosité d’un auteur qui nous fait passer du récit au théâtre sans qu’on n’y prenne gare.

 

 

Les parents ne parviennent à être vraiment parents que s’ils acceptent l’indépendance de leurs enfants. Les enfants ne parviennent à être véritablement adultes que s’ils cessent de dépendre de leurs parents. Les frères et sœurs s’ouvrent un chemin dans la vie le jour où ils décident d’être différents les uns des autres. La famille est le lieu où se fait le commerce des sentiments.

Carlos Liscano

 

Durée : 55 mn, conseillé à partir de 12 ans

 

 

La performance des deux comédiennes dont la réputation n'est plus à faire, sobriété de tenue et richesse de jeu . « ‘’Ma Famille’’: Un vrai tour de force ! Reconnaissent les spectateurs détaillant le jeu magistral des deux comédiennes. Cruauté et drôlerie des mots, légèreté et adresse dans l’interprétation, suscitent l’écho chez les spectateurs saluant ce bon moment de théâtre!

Ouest-France Quimper, 2012

Conte généalogique truculent et cruel, sans jugement moral mais critique caustique du pouvoir libéral et marchand, où l'on vend les enfants comme on respire : pour survivre. De Carlos Liscano, mis en scène et joué par Camille Kerdellant et Rozenn Fournier, comédiennes, avec la collaboration artistique de Michaël Egard. compagnie KF association, Rennes. Avec les soutiens du Noroît et du Théâtre du Cercle.

Durée : 55 mn.

Tout public à partir de 12 ans accompagné

Editions Théâtrales traduit de l'espagnol par Françoise Thanas

Acteur un - Les gens (…) te voyaient cette tête et ils continuaient leur chemin. Si tu parlais, c’était bien pire. Mais ils n’avaient pas besoin de t’entendre, te voir leur suffisait. Je n’ai jamais vu un enfant aussi invendable que toi. (…) ”(C. Liscano)


23 novembre 2016

Vendredi 2 et samedi 3 Décembre 2016 à 20h30: Kaputt

Vendredi 2 et samedi 3 Décembre 2016 à 20h30:

Kaputt Spectacle compris dans l'abonnement

Fred Pougeard dans Kaputt de Curzio Malaparte. Photo Alain Julien

Récit sidérant à la beauté délirante où l'horreur et l'indigne du front de l'Est en 1914 se donnent nettement à voir et à sentir par la voix, cet ultime bien commun de notre humanité. De Curzio Malaparte, adapté par Fred Pougeard et mis-en-scène par Pascal Adam avec Fred Pougeard, comédien-conteur. Compagnie L'Allégresse du pourpre, Reims. Avec les soutiens de la Région et de la DRAC Champagne-Ardenne, du Conseil départemental de la Marne et l'accompagnement du Théâtre du Salmanazar à Epernay, de la Filature à Bazancourt, du Théâtre du Nouveau Relax à Chaumont, du Centre culturel Saint-Exupéry à Reims et de la Maison du conte à Chevilly-Larue.

Durée : 1h20

Tout public à partir de 14 ans

Editions Denoël traduit par Juliette Bertrand

Il me semble que l'ancienne loi humaine et bestiale de la guerre prenait le dessus sur la nouvelle loi de la guerre mécanique. Avec l'odeur de la jument morte, je me retrouvais comme dans une ancienne patrie, une patrie retrouvée.(C. Malaparte)

Le 09 juin 2012, l'émission “Une vie, une oeuvre”, dirigée par Matthieu Garrigou-Lagrange et diffusée tous les samedis sur les ondes de France Culture, évoquait la vie et l'oeuvre de l'écrivain italien, Curzio Malaparte (1898-1957) :

Curzio Malaparte (1898-1957) : Une vie, une oeuvre [2012]

 

"Fred Pougeard ne dit pas Malaparte : il est Malaparte. Il est le journaliste qui traine ses guêtres sur le front de l’Est, en pleine deuxième guerre mondiale, durant le terrible hiver 1941-42, et qui voit le passage de la « guerre ancienne » à la « guerre nouvelle », comme il dit, la première étant illustrée par l’odeur des charognes de chevaux morts et la seconde par celle des blindés anéantis.

Il est l’écrivain qui voit l’indicible, qui décrit « le regard mystérieux des morts », les soldats transformés en bêtes sauvages, l’officier nazi face à l’enfant partisan qui a osé le défier les armes à la main et qui dit reconnaître son œil de verre au fait qu’il est le seul où brille une lueur d’humanité.
Il est le dandy qui relate (fiction ou réalité) une rencontre avec Himmler et ses proches dans un sauna de Finlande, d’où il conclut que les allemands nus sont désarmants d’innocence adolescente et que leur peau, en vérité, c’est l’uniforme. Il est l’observateur qui conte le combat homérique entre un officier SS et un saumon dans un torrent de Laponie. Il est le philosophe qui conclut de ce voyage au bout de l’horreur qu’il a senti « l’odeur de l’Europe morte ».

Durant ce récit, on oublie la présence du conteur. On oublie Fred Pougeard tant il possède l’art d’embarquer le spectateur. On est tour à tour au front, ou dans un salon mondain, ou dans une ambassade, dans tous ces lieux visités (ou fantasmés) par Malaparte et restitués par Fred Pougeard, qui joint le geste significatif à la parole forte. On a parfois reproché à Malaparte d’avoir mélangé le vrai et le faux. Peu importe, d’ailleurs. C’est le lot de tout écrivain. Mais quand Pougeard dit Malaparte, tout est vrai."
Jack Dion, Marianne, 17 Juillet 2015

 

 

 

"Sur la scène, une chaise. Simple comme une chaise, familière comme le monde d'hier, d'un bois quelconque qui évoque peut-être ceux de la Finlande à feu et à sang, et qui prolonge insensiblement le corps du conteur avant d'imposer son insignifiance avec fracas. Sur fond noir, une lumière parfois brûlante, d’autres fois glaciale enveloppe un conte infâme et sensoriel à l'excès. Avec Kaputt, la compagnie L'Allégresse du pourpre s'est commise avec le témoignage difficilement jugeable d'un événement historique à jamais impensable : on en sort bouleversé par la force de sa sobriété."

Pierre-Henri Ortiz; Nonfiction, 11 Août 2015

 

05 novembre 2016

Vendredi 18 et samedi 19 Novembre 2016 à 20h30: Un Bec – Antonio Ligabue

Vendredi 18 et samedi 19 Novembre 2016 à 20h30:

Un Bec – Antonio Ligabue Spectacle compris dans l'abonnement

Jean Vocat dans Un Bec de Mario Perrota. Photo Luigi Buirroni

Monologue théâtral en ultime règlement de compte et au fusain sur toiles de ce peintre naïf à l'inépuisable désir d'amour, rejeté pour inconvenance et agressivité par les enseignants et les médecins suisses puis par les villageois italiens jusqu'à l'exil sur les rives du Pô dans la forêt qui devient son atelier sauvage. Ecrit et mis-en-scène par Mario Perrotta avec Jean Vocat, comédien. Production Mais Oui ! Paris et Suisse.

Durée : 1h15

Tout public à partir de 13 ans

Inédit, traduit de l'italien par Anne Cuneo

 

UN BEC-Antonio Ligabue

 

 

Seul-en-scène, le comédien Jean Vocat interprète le célèbre peintre italien Antonio Ligabue, de son abandon dès sa naissance en Suisse en 1899, jusqu'à sa mort en Italie en 1965.

Fusain à la main, l'artiste convoque ses souvenirs en les esquissant à grands traits sur 3 grands panneaux qui composent le décor.

Tour à tour  se dessinent au charbon noir les paysages de son enfance, les femmes qui l'ont abandonné, les hommes qui l'ont rejeté, le poussant à s'exiler lui-même dans la forêt pendant plus de 30 ans. Dans ce qui s’apparente à un ultime règlement de compte, Antonio Ligabue matérialise ses fantômes pour mieux les exorciser.

 

Ce récit torturé est ponctué d’une demande inlassablement répétée : « Donnez-moi un bec ».

Un « bec », c’est à peine un baiser, tout juste une bise, « un instant de bonheur », la marque infime de l’affection dont Antonio aura manqué toute sa vie.

 

A travers ce parcours chaotique, l'auteur Mario Perrotta traite des thèmes qui lui sont chers : la création, le rejet, la folie.

 

"La séduction qu'opère le spectacle de Jean Vocat sur le public m'impressionne beaucoup. Les commentaires que j'ai entendus... Comme si les gens, soudain pris d'appétits artistiques de haut vol, découvraient où peut nous caresser un théâtre aussi ténébreux. (...)Mais quel jeu sur cette corde raide!"

Romain Bouteille

« Donnez-moi un bec ». Un « bec », c’est à peine un baiser, tout juste une bise, « un instant de bonheur », la marque infime de l’affection dont Antonio aura manqué toute sa vie.

 

 

Lien Jean Vocat : www.jeanvocat.com

 

Lien video Un Bec :


https://vimeo.com/173263177

 

Lien video Ligabue (RAI):


https://www.youtube.com/watch?v=B5kAhWA-Bko

 

Lien spectacle facebook Station :

Un Bec - Antonio Ligabue / Copyright photo : ...

Vendredi 18 et samedi 19 Novembre 2016 à 20h30: Un Bec - Antonio Ligabue (Spectacle compris dans l'abonnement) Monologue théâtral en ultime règlement de compte et au fusain sur toiles de ce peintre naïf à l'inépuisable désir d'amour, rejeté pour inconvenance et agressivité par les enseignants et les médecins suisses puis par les villageois italiens jusqu'à l'exil sur les rives du Pô dans la forêt qui devient son atelier sauvage.

http://www.facebook.com

 

 

 

 

17 octobre 2016

Vendredi 4 et samedi 5 Novembre 2016 à 20h30: Silensophone

Vendredi 4 et samedi 5 Novembre 2016 à 20h30:

Silensophone spectacle compris dans l'abonnement

Massimo Dean et Marco Brossolo dans Silentophone. Photo: Kali and co

Récital musical de poèmes à la grammaire virtuose progressant en exploration de la langue où les mots perdus courent après un sens qui n'existe pas, pour prendre conscience de l'irrationalité de notre langage. De Ghérasim Luca, mis-en-scène par Massimo Dean, avec Massimo Dean, comédien et Marco Brosolo, compositeur, à la guitare. Compagnie Kali & co, Rennes. Avec les soutiens de la Ville de Rennes, de la Région Bretagne, de l'Institut Français et du Circo Culturale Il Menocchio.

Durée : 50 mn.

Tout public à partir de 14 ans

Oeuvre éditée ou rééditée chez José Corti

Je parcours aujourd’hui une étendue où le vacarme et le silence s’entrechoquent – centre choc – où le poème prend la forme de l’onde qui l’a mis en marche. Mieux, le poème s’éclipse devant ses conséquences. En d’autres termes : je m’oralise. (G. Luca)

Ghérasim Luca est né à Bucarest en 1913. Il s'est oralisé en langue française jusqu'en 1994, date à laquelle il se jette dans la Seine. Il est depuis devenu un milliard d'étoiles dans les galaxies bégayées, répétées, tordues et distordues de la langue.

La voix profonde et mouvante de Massimo Dean les scande et les projette en éclats de sens dans toutes les directions. La guitare percussive de Marco Brosolo les tourbillonne vertigineusement jusqu'au choeur dont nous sommes, nous public.

C'est ainsi qu'au bord de la vie, dire devient faire. Et nous nous y précipitons ensemble, à cheval sur des comètes sémantiques.

30 septembre 2016

Vendredi 14 et samedi 15 Octobre 2016 à 20h30: Léo Ferré - Ne chantez pas l'amour!

Vendredi 14 et samedi 15 Octobre 2016 à 20h30:

Léo Ferré - Ne chantez pas l'amour!

Annick Cisaruk et David Venitucci. Photo de Francis Vernhet

Chansons de femme et d'amour, de révolte et de passion, de poésie et d'utopie, entre Paris et la mort... Chansons de musique. Du poète visionnaire et compositeur universel Léo Ferré interprétées par Annick Cisaruk au chant et David Venitucci à l'accordéon, Association Rue Zasky, Paris.

Durée : 1h.

Tout public à partir de 13 ans

Disque édité chez Harmonia Mundi

Cette blessure / Où meurt la mer comme un chagrin de chair / Où va la vie germer dans le désert /Qui fait de sang la blancheur des berceaux / Qui se referme au marbre du tombeau / Cette blessure d'où je viens. (L. Ferré)


24 septembre 2016

Jeudi 29 Septembre 2016 à 20h30: Blue Note

Jeudi 29 Septembre 2016 à 20h30:

Blue Note

Laurent Genty et Michel Jayat dans Blue Note (montage photo)

Lecture-spectacle de jazz pour réinventer une liberté où le sens de la communauté et du sacré surgit de la littérature mal élevée des textes et des poèmes de Zéno Bianu, Vian, Michel Butor, Charles Juliett, Nougaro, Novarina, Ferlinghetti et Buroughs avec Michel Jayat, comédien et Laurent Genty au piano. Théâtre du Chemin de ronde, Fougères. Avec les soutiens de la Région Bretagne, du Conseil départemental d'Ille et Vilaine et de Fougères Communauté. Dans le cadre de Val d'Ille en scène. Réservations à partir du 15 Septembre sur http://www.vald'illeenscene.fr ou au 06 81 75 81 01. Gratuit.

Durée :1h.

Tout public à partir de 14 ans

Je joue les notes comme je les vois/ je n'invente rien/ je fais apparaître/ les désordres du vivant/ les marbres tremblés du temps/ jusqu'à resplendir/ jusqu'à m'accorder/ au mouvement perpétuel de la lumière...(Z.Bianu)

25 juillet 2016

PROGRAMME DE LA SAISON 2016-2017

La brochure est consultable à l'adresse suivante: http://www.calameo.com/read/001785730e598c4ef391a 

et téléchargeable en moindre définition à cette autre adresse: http://www.theatre-contemporain.net/contacts/La-Station-Theatre/

 

 

Affiche-titre saison 16-17. Dessin de Marion Derrien

 

 

ÉDITORIAL

 

Passer au bec

 

Nous nous sommes chaussés de souliers peu vernis à la petite semelle. Les pieds serrés sur le tremblement du monde, nous écoutions finement les vestiges des cœurs. Ils étaient blanchis de tant d'écrasement, si pâles et si livides, qu'il nous fallut appeler le sang dans les poitrines en frappant du talon. Logée dans le palais, la vanité nous désespérait. Ses pestilences gâtaient nos dents, s'efforçant de les déchausser. Nous piquâmes des souliers dans la langue morte pour la réveiller, nourrissant le feu pour qu'elle reprenne le mors au vent contre l'enflure de la parole.

Et voici maintenant que ces coeurs battent la matraque et suintent la peur de vivre.

Et que le monde s'écroule.

Et qu'il nous faut passer au bec pour piquer au vif.

 

Car ce bec est un désir brûlant de baiser pour le peintre goîtreux Antonio Ligabue,

car il claque au nid de la blessure pour Léo Ferré,

car Gherasim Luca en fend d'une spirale la grille du langage,

car Curzio Malaparte en exhume la corne lisse dans le charnier de l'Europe de 14-18,

car à Monsieur-la-pute cent ans plus tard dans les barbelés de l'euro-forteresse, Angelica Lidell le cloue,

car il dessine des cercles étranges où Matei Visniec réfugie ses personnages contre l'ordure et le mépris,

car il peut repiquer le réel à la Keruel pour le livrer à la riche régression du poème, quand, mécanique et amnésique sur la foi du progrès, il prive d'humanité la langue jusqu'à l'absurde administratif et technique chez Vaclav Havel et élargit la norme du commerce en forçant de l'intérieur la cellule familiale à des rapports d'argent chez Carlos Liscano,

car il tire sur les cordons des maîtres corsetés pour dévoiler leurs vices chez Octave Mirbeau,

car Carnaval achevé et venant carême public, il n'a plus de banc où se toquer d'existence, plus de vie à picorer sur la ville. (Eugène Durif et Nadège Prugnard)

 

Et il convient, de ce bec, par dessus les exodes massifs et sensuels de Joseph Delteil, au gré des chants piroguiers de Sylvie Kandé et à l'aplomb des bédouins déclassés par l'Unesco et filmés par Marie-Claire Thouault, il convient, donc, de lui déployer des ailes pour lui rendre la joie de poursuivre sa proie avant que le monde entier ne s'écrase avec elle.

 

Gwenael De Boodt, aviateur en songes

 

 

AGENDA

 

Vendredi 23 Septembre 2016 à 20h30:

Soirée de présentation de la saison 2016-2017

Une quinzaine de spectacles de théâtre, lectures mises en scène et chanson, deux stages et quelques ateliers par des compagnies professionnelles venues de toute la France vous y seront présentés par les artistes et le directeur sous forme de lectures ou d'extraits. La soirée se clôturera par un pot offert à toute l'assemblée.

 

Jeudi 29 Septembre 2016 à 20h30:

Blue Note

Lecture-spectacle de jazz pour réinventer une liberté où le sens de la communauté et du sacré surgit de la littérature mal élevée des textes et des poèmes de Zéno Bianu, Vian, Michel Butor, Charles Juliett, Nougaro, Novarina, Ferlinghetti et Buroughs.

Avec Michel Jayat, comédien et Laurent Genty au piano. Théâtre du Chemin de ronde, Fougères.

Avec les soutiens de la Région Bretagne, du Conseil départemental d'Ille et Vilaine et de Fougères Communauté.

Dans le cadre de Val d'Ille en scène. Réservations à partir du 15 Septembre sur http://www.vald'illeenscene.fr ou au 06 81 75 81 01. Gratuit.

Durée :1h.

Tout public à partir de 14 ans

Je joue les notes comme je les vois/ je n'invente rien/ je fais apparaître/ les désordres du vivant/ les marbres tremblés du temps/ jusqu'à resplendir/ jusqu'à m'accorder/ au mouvement perpétuel de la lumière...(Z.Bianu)

 

Vendredi 14 et samedi 15 Octobre 2016 à 20h30:

Léo Ferré - Ne chantez pas l'amour!

Chansons de femme et d'amour, de révolte et de passion, de poésie et d'utopie, entre Paris et la mort... Chansons de musique.

Du poète visionnaire et compositeur universel Léo Ferré interprétées par Annick Cisaruk au chant et David Venitucci à l'accordéon, Association Rue Zasky, Paris.

Durée : 1h.

Tout public à partir de 13 ans

Disque édité chez Harmonia Mundi

Cette blessure / Où meurt la mer comme un chagrin de chair / Où va la vie germer dans le désert /Qui fait de sang la blancheur des berceaux / Qui se referme au marbre du tombeau / Cette blessure d'où je viens. (L. Ferré)

 

Vendredi 4 et samedi 5 Novembre 2016 à 20h30:

Silensophone*

Récital musical de poèmes à la grammaire virtuose progressant en exploration de la langue où les mots perdus courent après un sens qui n'existe pas, pour prendre conscience de l'irrationalité de notre langage.

De Ghérasim Luca, mis-en-scène par Massimo Dean, avec Massimo Dean, comédien et Marco Brosolo, compositeur, à la guitare. Compagnie Kali & co, Rennes.

Avec les soutiens de la Ville de Rennes, de la Région Bretagne, de l'Institut Français et du Circo Culturale Il Menocchio.

Durée : 50 mn.

Tout public à partir de 14 ans

Oeuvre éditée ou rééditée chez José Corti

Je parcours aujourd’hui une étendue où le vacarme et le silence s’entrechoquent – centre choc – où le poème prend la forme de l’onde qui l’a mis en marche. Mieux, le poème s’éclipse devant ses conséquences. En d’autres termes : je m’oralise. (G. Luca)

 

Vendredi 18 et samedi 19 Novembre 2016 à 20h30:

Un Bec – Antonio Ligabue*

Monologue théâtral en ultime règlement de compte et au fusain sur toiles de ce peintre naïf à l'inépuisable désir d'amour, rejeté pour inconvenance et agressivité par les enseignants et les médecins suisses puis par les villageois italiens jusqu'à l'exil sur les rives du Pô dans la forêt qui devient son atelier sauvage.

Ecrit et mis-en-scène par Mario Perrotta avec Jean Vocat, comédien. Production Mais Oui ! Paris et Suisse.

Durée : 1h15

Tout public à partir de 13 ans

Inédit, traduit de l'italien par Anne Cuneo

« Donnez-moi un bec ». Un « bec », c’est à peine un baiser, tout juste une bise, « un instant de bonheur », la marque infime de l’affection dont Antonio aura manqué toute sa vie.

 

Vendredi 2 et samedi 3 Décembre 2016 à 20h30:

Kaputt*

Récit sidérant à la beauté délirante où l'horreur et l'indigne du front de l'Est en 1914 se donnent nettement à voir et à sentir par la voix, cet ultime bien commun de notre humanité.

De Curzio Malaparte, adapté par Fred Pougeard et mis-en-scène par Pascal Adam avec Fred Pougeard, comédien-conteur. Compagnie L'Allégresse du pourpre, Reims.

Avec les soutiens de la Région et de la DRAC Champagne-Ardenne, du Conseil départemental de la Marne et l'accompagnement du Théâtre du Salmanazar à Epernay, de la Filature à Bazancourt, du Théâtre du Nouveau Relax à Chaumont, du Centre culturel Saint-Exupéry à Reims et de la Maison du conte à Chevilly-Larue.

Durée : 1h20

Tout public à partir de 14 ans

Editions Denoël traduit par Juliette Bertrand

Il me semble que l'ancienne loi humaine et bestiale de la guerre prenait le dessus sur la nouvelle loi de la guerre mécanique. Avec l'odeur de la jument morte, je me retrouvais comme dans une ancienne patrie, une patrie retrouvée.(C. Malaparte)

 

Vendredi 16 et samedi 17 Décembre 2016 à 20h30:

Ma Famille

Conte généalogique truculent et cruel, sans jugement moral mais critique caustique du pouvoir libéral et marchand, où l'on vend les enfants comme on respire : pour survivre.

De Carlos Liscano, mis en scène et joué par Camille Kerdellant et Rozenn Fournier, comédiennes, avec la collaboration artistique de Michaël Egard. compagnie KF association, Rennes.

Avec les soutiens du Noroît et du Théâtre du Cercle.

Durée : 55 mn.

Tout public à partir de 12 ans accompagné

Editions Théâtrales traduit de l'espagnol par Françoise Thanas

Acteur un - Les gens (…) te voyaient cette tête et ils continuaient leur chemin. Si tu parlais, c’était bien pire. Mais ils n’avaient pas besoin de t’entendre, te voir leur suffisait. Je n’ai jamais vu un enfant aussi invendable que toi. (…) ”(C. Liscano)

 

Vendredi 6 et samedi 7 Janvier 2017 à 20h30:

Les Bédouins de Pétra*

Documentaire filmé entre passé simple et présent imparfait sur la vie des Bdouls expulsés des grottes de la ville antique de Pétra par l'Unesco et la Jordanie au nom du tourisme culturel.

De Marie-Claire Thouault, suivi d'une lecture bilingue des poèmes Al-Mu'allaqât, fleurons de la poésie préislamique, et de ceux du poète aveugle syrien du Xème siècle Al Maari, par Thierry Beucher et Gwenael De Boodt. Production La Station-Théâtre.

Durée : 2h.

Tout public à partir de 14 ans

Un détour pour saluer, du camp de Nou‘m, les restes ! Mais que saluerez-vous : quel fossé, quel foyer ? / De Nou‘m désert et dépeuplé, tout changé par Le va-et-vient, tourbillonnant, de vents violents / C’était un camp de Nou‘m, aux Ham’ât, effacé : Il n’en reste que cendre entre pierres du foyer / (…) Je n’y ai rien trouvé, à quoi me raccrocher, Hormis la graminée et hormis le foyer !

 

Vendredi 20 et samedi 21 Janvier 2017 à 20h30:

Et les poissons partirent combattre les hommes

Spectacle-performance, hommage, antisocial et sans complaisance d'une femme engagée, enragée et desespérée, aux exilés « clandestins » noyés dans le silence complice des politiques par la mondialisation capitaliste.

De Angelica Lidell, réalisé et interprété par Cécile Kiffer, comédienne et François Possémé, musicien auteur-compositeur. Cie Jean Beaucé, Rennes.

Durée : 1h.

Tout public à partir de 15 ans

Editions Théâtrales traduit de l'espagnol par Christilla Vasserot

Apparemment, l'Afrique n'est rien d'autre qu'un problème. Le problème des immigrés. Noyés, raides, les poings serrés sur la poitrine. Les pauvres n'ont pas d'âme(…) Comment échapper au lieu commun charitable et à la dénonciation dégoulinante ? (...) Imaginer un miracle, c'est tout ce qui me vient à l'esprit. (A. Lidell)

Précédé d'un arpentage avec le Kerfad le 17 Janvier de 19h à 22h. Voir plus bas.

 

Du vendredi 27 soir au dimanche 29 Janvier 2017:

La fonction poétique dans la création théâtrale

Stage de mise en œuvre de la théâtralité de la poésie et de la poésie du texte théâtral accessible à toute personne habitée d'un désir de recherche, y compris aux personnes en découverte de la pratique du théâtre, animé par Stéphane Keruel. Compagnie Le chant de la carpe, Niort.

Durée : 14h.

Tout public à partir de 16 ans

70 Euros par personne

En lien avec les représentations de « Là quand même ».

 

Vendredi 3 et samedi 4 Février 2017 à 20h30:

Là quand même*

Poésie philosophique en quatre tableaux, jouant la tentative de rétablir le lien au réel que le langage humain a coupé, où Lacan, échouant à la saisie d'un sens stable, se fond alors dans la matière du chocolat pour annuler l'absolue disjonction du sujet et de l'objet jusqu'à la joie simple et ludique de réussir à faire aboyer le mot « rien » transformé en « chien ».

De Stéphane Keruel mis en scène par Jean-Michel Potiron, avec Stéphane Keruel, comédien et auteur. Compagnie Le Chant de la carpe, Niort.

Avec les soutiens de la Région Aquitaine Limousin Poitou Charente, du Conseil départemental des Deux-Sèvres et de la Ville de Niort.

Durée : 1h10

Tout public à partir de 15 ans

Inédit

-comment se tenir... là où l'on EST (de toute façon), où l'on naîtrait... peut-être autrement, où, l'on cesserait -sait-on?- de confluer toujours vers la grande sauce générale, pour... pour soutenir cette position, forcément seul sur notre rocher, et souscrire de notre plein gré à ce bagne. (S. Keruel)

 

Vendredi 3 et samedi 4 Mars 2017 à 20h30:

Les Confidentes

Monologue en kaléidoscope avec témoignages filmés par Sonia Larue de femmes travailleuses d'après Le journal d'une femme de chambre

De Octave Mirbeau adapté par Sandrine Jacquemont, mis en scène et interprété par Erika Vandelet, comédienne. Théâtre de l'Échange, Lorient. Création 2016.

Avec les soutiens de la Région Bretagne, du Conseil départemental du Morbihan, de la Ville de Lorient, du Théâtre de Morlaix et de La Paillette.

Durée : 1h30

Tout public à partir de 12 ans accompagné

Quelles singulières et monotones figures, tout de même, j'ai rencontrées sur ma route de servage ! Quand je les revois (...) elles ne me font pas l'effet d'être réellement vivantes (…) elles ne donnent l'illusion de vivre que par leurs vices... Enlevez-leur ces vices qui les soutiennent comme les bandelettes soutiennent les momies (…) ce n'est plus que de la poussière, de la cendre...de la mort... (O. Mirbeau)

 

Vendredi 17 et samedi 18 Mars 2017 à 20h30:

Le Clochard, suivi de L'homme poubelle*

Monologue poétique et fantastique, comique et ludique suivi de L'Homme poubelle, monologue politique d'humour noir.

Adaptés de Théâtre décomposé ou l'Homme poubelle de Matéi Visniec, mis en scène par Bruno Abadie, avec Bruno Abadie, comédien. Musiques et créations sonores de Hazel, Tara King Th et Bruno Coffineau. Compagnie du Petit matin, Toulouse. Création 2016.

Avec les soutiens du Conseil Départemental de Haute Garonne, de la Ville de Toulouse et du Théâtre du Pavé.

Durée : 1h25

Tout public à partir de 12 ans accompagné

Editions L'Harmattan et l'Institut français de Bucarest

En sortant du bureau, mon chemin de retour ressemblait chaque soir davantage à un véritable calvaire (…) les voyageurs ne m'épargnaient pas. Ils me mettaient dans la main leurs billets usagés, puis sous mon chapeau, des paquets de cigarette vides, froissés ; quant aux enfants, ils collaient sur ma veste leur chewing-gum, à peine sorti de leur petite bouche. Je n’arrivais pas à comprendre... (M. Visniec)

Précédé d'un arpentage avec le Kerfad le 9 Mars de 19h à 22h. Voir plus bas

 

Vendredi 31 Mars et samedi 1er Avril 2017 à 20h30:

Audience suivi de Pétition

Dialogues dissidents en un acte, aux silences lourds de sens et aux confrontations souterraines, le premier dans une brasserie et le second au domicile d'un artiste officiel.

De Vaclav Havel, mis en scène par Nikson Pitaqaj, avec Henri Vatin et Zacharie Lebourg, comédiens. Compagnie Libre d'esprit, Paris.

Avec les soutiens du Conseil départemental des Yvelines, du Théâtre de l'Epée de bois (Cartoucherie), du Théâtre du Grenier (Bougival) et du Centre Tchèque (Paris)

Durée : 2h

Tout public

Traduits par : Marcel Aymonin et Stephan Meldegg

 

Du samedi 6 au lundi 8 Mai 2017:

Stage d'écriture dramatique

avec Eugène Durif et Nadège Prugnard.

Dramaturge, romancier, poète et comédien, Eugène Durif né en 1950 a le génie de Rabelais. Son écriture est joyeuse et profonde, farce et poésie. Les mots y ont un corps indiscutable. Auteure, metteur en scène et comédienne, Nadège Prugnard, née en 1975, mêle écriture de terrain, du corps de l'acteur et du dire musical dans le théâtre, les arts de la rue et la scène rock.

Derniers ouvrages parus :

  • Au Bord du théâtre, tomes 1 et 2, Eugène Durif, Editions La Rumeur Libre, 2014-2016

  • Les Pendus, Nadège Prugnard, Editions L'Entretemps, Cie Kumulus et Magma performing théâtre, 2009

En lien avec les représentations de Vie de banc

 

Vendredi 12 et samedi 13 Mai 2017 à 20h30:

Vie de banc*

Inédit poétique de réoccupation de l'espace public par les humains et les pigeons.

De Eugène Durif et Nadège Prugnard, mis en scène par Claire Mathaut et Gaël Guillet, avec Barbara Kilian et Fabio Sforzini, comédien(ne)s. Compagnie Attrape sourire, Teillet-Argenty (03) Création 2016.

Avec les soutiens du Théâtre Carrosserie Mesnier, de la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, du programme Europe-Leader plus, de la Région Auvergne Rhône Alpes, du Conseil départemental de l'Allier et de la Spedidam.

Durée: 1h15

Tout public à partir de 10 ans accompagné

Inédit

Que les oursins que vous avez en poche ne vous empêchent pas de sortir vos larfeuilles, badauds impassibles, qui assistez au naufrage à voix portée haute de celui qui un jour dansait par dessus les évidences, le corps plus léger qu’un souffle en apnée! (E. Durif)

 

Vendredi 19 Mai 2017 à 20H30:

Les Cinq sens**

Epopée romanesque sensuelle internationale et polyethnique sur fond d'exode pestifuge.

De Joseph Delteil, lue dans son intégralité jusqu'au petit matin par les comédiens Joël Lokossou, Philippe Languille, Laurent Ménez et Gwenael De Boodt. Production La Station-Théâtre.

Durée : environ 5h

Tout public à partir de 16 ans

Editions Grasset

Gaspard passa devant la Bibliothèque Royale (...) Des monceaux de livres avaient chu sous le porche (…) En quelques mois, les rats avaient bouffé trente siècles d'intelligence (…) Un grand rat démoniaque, assis comme un ministre sur un fauteuil, dévorait en faisant les gros yeux le plus tendre des Lord Byron. Un raton de lait suçotait un Shakespeare de cuir. (J. Delteil)

 

Samedi 20 Mai 2017 à 20h30:

La Quête infinie de l'autre rive**

Poème épique en trois chants appontant l'expédition de deux mille pirogues africaines malinké au XIVème siècle à soixante-dix de leurs descendants harragas ramant pour sortir de la galère de la domination néo-coloniale.

De Sylvie Kandé, lu dans son intégralité par les comédiennes Chrystel Petitgas, Marion Bourdain et Clotilde Guérineau. Production La Station-Théâtre.

Durée :environ 3h

Tout public à partir de 16 ans

Editions Gallimard

Mais de nos mères de nos soeurs et de nos compagnes / nul n'ignore bien sûr le dévouement: / elles auront payé cher notre naulage / et du brillant de leurs larmes se feront des colliers / Car chaque vie noyée est pierre précieuse / qui va joncher le fond de l'océan (S. Kandé)



* Ces 8 spectacles sont compris dans l'abonnement

** L'un ou l'autre de ces deux spectacles est au choix de l'abonné



LA VOIX DES POÈTES VIVANTS

Avant certaines des représentations, des poètes de la région, notamment Jean-Claude Leroy, parfois assistés d'un comédien, donneront lecture de leurs poèmes pendant quelques minutes. Leurs recueils pourront être consultés et achetés sur place.



ARPENTAGES avec le Kerfad

Dans le cadre d'une complicité entre La Station-Théâtre et le Kerfad et en lien avec les thématiques de certains des spectacles joués au cours de la saison, Claire Aubert animera deux ateliers de lecture collective d'essais philosophiques et de sciences sociales afin d'en décoller le sens du déchiffrement et de la norme univoque. L'intégralité de chaque ouvrage sera divisée en autant de sections qu'il y aura de participants pour être lues individuellement pendant ½ heure avant de passer à un échange collectif d'impressions propre à révéler l'autonomie de nos capacités d'orientation dans la lecture.

Mardi 17 Janvier 2017, de 19h à 22h :

  • Une Histoire politique du barbelé de Olivier Razac, essai philosophique, en lien avec Et les poissons partirent combattre les hommes

Jeudi 9 Mars 2017, de 19h à 22h :

  • une quinzaine d'articles sur les déchets, de la revue critique de sciences sociales Mouvements, en lien avec Le Clochard et L'homme poubelle



RÉSERVATIONS

Au 06 41 56 47 01 ou lastationtheatre@gmail.com

Chaque représentation est limitée à 49 places. Il est fortement conseillé de réserver sa place. Les réservations ne sont prises en compte qu'à réception du règlement par chèque bancaire ou en espèces. Les réservations des abonnés sont obligatoires au moins une semaine avant la représentation.



HORAIRES

Les places réservées sont à retirer au minimum un quart d'heure avant la représentation. Passé ce délai, elles peuvent être remises en vente et ne sont pas remboursables. Nous accueillons le public une heure avant le début de la représentation. Une petite restauration est disponible au bar pour les adhérents. Nul n'est admis à entrer dans la salle après la fermeture de la billetterie.



TARIFS

Adhésion : 5 Euros par personne*



Abonnement aux 8 spectacles sélectionnés

1 personne : 60 Euros + adhésion

de soutien : 85 Euros + adhésion



Place à l'unité plein tarif : 10 Euros

tarif réduit : 6 Euros**

 

*Indispensable pour l'accès au bar de La Station-Théâtre, pour les inscriptions aux stages, pour la participation aux Arpentages de Kerfad et aux impromptus de la saison non inscrits dans le programme ( lectures de créations en cours, etc...)

** Pour les quotiens familiaux inférieurs à 500 Euros et pour les moins de 12 ans



POUR SE RENDRE À LA STATION-THÉÂTRE

La Station-Théâtre se trouve dans l'ancienne station-service à 12 km au nord de Rennes sur la « Route du meuble » au carrefour d'entrée du bourg de La Mézière.

A vélo, compter environ 45 minutes depuis le centre de Rennes en prenant la Route du meuble à partir de La Robiquette à gauche du centre commercial « Grand Quartier »

En bus, prendre la ligne Illenoo n°15 à l'aller à l'arrêt Anatole France.

Pour le retour, co-voiturage possible. Une annonce sera faite au public sur votre demande.

En auto, prendre la quatre voies en direction de Saint-Malo et sortir à La Mézière.



La Station-Théâtre

1 route de Rennes, Beauséjour, 35520 La Mézière

02 99 69 28 09

http : //stationtheatre.canalblog.com

www.facebook.com/pages/La-Station-Théâtre



SOUTENEZ LA STATION-THÉÂTRE

L'association La Station-Théâtre est un organisme d'intérêt général. Elle est à ce titre habilitée à recevoir les dons de particuliers et d'entreprises déductibles à 66 et 60% de leurs impôts. Vous pouvez ainsi contribuer à soutenir l'économie fragile d'une œuvre culturelle qui se distingue par son excellence et son exigence artistiques. Notre action repose aussi en partie sur l'action des bénévoles. N'hésitez pas à rejoindre notre équipe en distribuant les affiches et les tracts, en accueillant le public, en proposant vos compétences informatiques et multimédia et en préparant et partageant les repas des équipes artistiques sur le temps de leur séjour à La Station-Théâtre.



ACTIONS CULTURELLES

Avis aux bibliothèques, aux établissements scolaires et culturels, aux associations et aux collectivités :

Les compagnies programmées peuvent intervenir à l'extérieur de La Station-Théâtre durant le temps de leur séjour pour des ateliers et des rencontres avec votre public. Des représentations supplémentaires peuvent aussi être organisées dans nos locaux comme dans les vôtres. La Station-Théâtre produit en outre des spectacles et des lectures adaptés à vos événements, à votre lieu et au public qui les fréquente. Musée de Bretagne, collège, écoles et médiathèque de La Mézière, associations du Val d'Ille ont ainsi fait appel à nos compétences ces dernières années. N'hésitez pas à nous contacter pour les détails et les tarifs.



MISE à DISPOSITION DU THÉÂTRE ET DE LA SALLE JARRY

Notre salle de spectacle de 80 M2 comme son espace d'accueil de 100M2 ainsi que leur équipement technique et domestique peuvent être mis à votre disposition hors calendrier des événements, moyennant une indemnisation, pour des répétitions, des ateliers, des stages, des conférences, des projections, des réunions et des représentations privées ou publiques dont vous êtes l'organisateur. N'hésitez pas à nous contacter.



La Station-Théâtre est soutenue financièrement par :

- La Communauté de communes du Val d'Ille

- Le Conseil départemental d'Ille-et-Vilaine



En partenariat avec :

  • Radio Rennes

  • Le Kerfad



Affiche, dessin et mise en page de Marion Derrien



Numéros de licence d'entrepreneur du spectacle :

1-1090253

2-1090254

3-1090255

Posté par Eulalos à 19:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Soirée de présentation de la saison 16-17 le 23 Septembre à 20h30

Vendredi 23 Septembre 2016 à 20h30:

Soirée de présentation de la saison 2016-2017

Une quinzaine de spectacles de théâtre, lectures mises en scène et chanson, deux stages et quelques ateliers par des compagnies professionnelles venues de toute la France vous y seront présentés par les artistes et le directeur sous forme de lectures ou d'extraits. La soirée se clôturera par un pot offert à toute l'assemblée.

Le comédien Stéphane Keruel lors de la présentation de saison 15-16

 

Posté par Eulalos à 19:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Vendredi 6 et samedi 7 Janvier 2017 à 20h30: Les Bédouins de Pétra*

Vendredi 6 et samedi 7 Janvier 2017 à 20h30:

Les Bédouins de Pétra Spectacle compris dans l'abonnement

Les Bedouins de Petra, documentaire de Marie-Claire Thouault

Documentaire filmé entre passé simple et présent imparfait sur la vie des Bdouls expulsés des grottes de la ville antique de Pétra par l'Unesco et la Jordanie au nom du tourisme culturel. De Marie-Claire Thouault, suivi d'une lecture bilingue des poèmes Al-Mu'allaqât, fleurons de la poésie préislamique, et de ceux du poète aveugle syrien du Xème siècle Al Maari, par Thierry Beucher et Gwenael De Boodt. Production La Station-Théâtre.

Durée : 2h.

Tout public à partir de 14 ans

Un détour pour saluer, du camp de Nou‘m, les restes ! Mais que saluerez-vous : quel fossé, quel foyer ? / De Nou‘m désert et dépeuplé, tout changé par Le va-et-vient, tourbillonnant, de vents violents / C’était un camp de Nou‘m, aux Ham’ât, effacé : Il n’en reste que cendre entre pierres du foyer / (…) Je n’y ai rien trouvé, à quoi me raccrocher, Hormis la graminée et hormis le foyer !

Mardi 17 Janvier 2017, de 19h à 22h : Une Histoire politique du barbelé

ARPENTAGES avec le Kerfad

histoire politique barbelé

Dans le cadre d'une complicité entre La Station-Théâtre et le Kerfad et en lien avec les thématiques de certains des spectacles joués au cours de la saison, Claire Aubert animera deux ateliers de lecture collective d'essais philosophiques et de sciences sociales afin d'en décoller le sens du déchiffrement et de la norme univoque. L'intégralité de chaque ouvrage sera divisée en autant de sections qu'il y aura de participants pour être lues individuellement pendant ½ heure avant de passer à un échange collectif d'impressions propre à révéler l'autonomie de nos capacités d'orientation dans la lecture.

 

Mardi 17 Janvier 2017, de 19h à 22h :

 

  • Une Histoire politique du barbelé de Olivier Razac, essai philosophique, en lien avec Et les poissons partirent combattre les hommes